Athlètes intercesseurs

Tiresias couronné (Hommage à Chris Mosier), 2022, Graphite sur papier, 60 x 60 cm, 70 x 70 cm encadrée, Collection Frac Paca

Orphée et Eurydice, (hommage à Chris Mosier), 2022, crayon graphite sur papier, 60 x 60 cm, 70 x 70 cm encadrée, Courtesy H Gallery, Paris.

Les Enfers mythologiques sont des espaces périlleux pouvant être traversés avec adresse par des héros aux capacités hors normes. Orphée/Chris Mosier tente de me sortir des Enfers d’un monde cisgenre, immuable depuis la nuit des temps. J’aimerais beaucoup le suivre en empruntant la voie de la fluidité, mais je resterai peut-être, telle Eurydice, prisonnière de ce monde binaire aux frontières figées. Chris Mosier est triathlète et homme trans défenseur américain des droits des personnes transgenres.

La barque de Dante, (hommage à Schuyler Bailar au 1er plan dans la barque et Iszac Henig à l’arrière de la barque),2022, crayon graphite sur papier, 90 x 60 cm, 100 x 70cm encadrée, Courtesy H Gallery, Paris.

Sur la barque, Schuyler Bailar et Iszac Henig jouent le rôle de Dante et Virgile, ce sont des nageurs transgenres. Je joue le rôle de Charon, le passeur des Enfers au début de la Divine Comédie. Dans l’eau, des nageurs cisgenres tentent de ne pas sombrer. La traversée des Enfers sur la barque suggère qu’en pouvant voyager dans des corps en transition ont pourrait peut-être éviter de se heurter au déterminisme qui vise à contrôler les corps dans le but d’en user à des fins politiques et productivistes. C’est une manière de dire que la masculinité et la féminité appartiennent à chacun, ce sont des véhicules à la portée de tous. Schuyler Bailar est un athlète américain et le premier nageur ouvertement transgenre de la NCAA (National Collegiate Athletic Association). Il a été recruté par l’Université de Harvard. Bailar est un défenseur des droits et de l’inclusion des personnes LGBTQ. Iszac Henig est un nageur américain transgenre de la NCAA recruté par l’Université de Yale.

Apothéose de Quinn, 2022, crayon graphite sur papier, 60 x 90 cm, 70 x100 cm encadrée, Courtesy H Gallery, Paris.

L’attitude théâtrale des footballeurs dans les moments de victoire me rappellent les représentations des miracles bibliques ou les apothéoses gréco-latines. J’ai remis en scène l’équipe de foot Canadienne autour d’un.e de leur joueur.se Quinn, non-binaire, dans un moment d’assomption. J’assiste à la scène dans une attitude de dévotion face à celleux dont j’admire la capacité à assumer ce qu’iels ressentent au plus profond d’iels-mêmes. Quinn a remporté avec son équipe la médaille de bronze aux J. O. de 2016 au Brésil et la médaille d’or aux J.O. de 2020 au Japon. Quinn est la première personne non-binaire connue à remporter une médaille aux Jeux olympiques.

Apothéose d’Ellia Green, 2022, crayon graphite sur papier, 60 x 60 cm, 70 x 70 cm encadrée, Courtesy H Gallery, Paris.

Ellia Green est une joueuse australienne de rugby à sept. Elle a remporté avec l’équipe d’Australie le tournoi féminin des Jeux olympiques d’été de 2016 à Rio de Janeiro. Ellia Green a attendu la fin de sa carrière de rugbyman pour devenir un homme transgenre

La Nouvelle Atalante (Hommage à Caster Seymenia), crayon graphite sur papier, 2022, 60 x 90 cm, 70 x100 cm encadrée, Courtesy H Gallery, Paris.

Caster Semenya est une athlète qu’on désigne comme hyperandrogyne, son taux de testostérone plus élevé que la moyenne des femmes et ses chromosomes XY lui apportent des potentialités particulièrement adaptées à sa pratique sportive. Ses victoires sont fréquentes. Elle fait partie des humains les plus rapides du monde, c’est donc une excellente candidate au rôle mythique d’Atalante qui fut vaincue par la ruse et non pas par les aptitudes de son concurrent. La fédération internationale d’athlétisme, garante du maintien d’un modèle de compétition répondant aux codes de la binarité, n’a pas toléré longtemps ce corps muni d’attributs à la fois masculins et féminins. Pour continuer à participer aux concours mondiaux, Caster Semenya s’est vue dans l’obligation de suivre un traitement hormonal pour mieux se conformer à un genre assigné. Mais n’y aurait-il pas d’autres alternatives ? Ne serait-il pas possible d’établir de nouveaux modes de sélection des concurrents ? N’y aurait-il pas d’autres critères plus pertinents ?

Les corps athlétiques sont apparus dans mon travail pour me permettre de proposer une vision alternative de la représentation du corps des femmes dans l’histoire de la peinture, je pense notamment aux tableaux des Enlèvements des Sabines. Il s’agissait pour moi de trouver d’autres corps que ceux montrés dans la tradition et qui auraient pu permettre aux femmes de s’échapper ou de se défendre contre les assauts du pouvoir virile prôné dans ces images.
Avec l’évolution des sciences et des technologies, avec les réflexions engagées sur le genre, de Simone de Beauvoir (« On ne nait pas femme, on le devient ») à Paul B Preciado (La non assignation du sexe à la naissance, penser en dissident du genre) en passant par Judith Butler (Le genre résultant d’une performance), on sait que le féminin et le masculin sont des constructions culturelles. Le sport sculpte et modèle les corps par l’exercice physique, il n’est donc pas étonnant de voir apparaitre des corps transgenres dans ce domaine où la construction de soi est un phénomène intrinsèque à cette pratique. La prise d’hormones permet aux individus qui le souhaitent d’agir sur leur biologie de manière à faire coïncider leur subjectivité et leur morphologie. Les corps transgenres dans la vie de tous les jours, mais aussi dans le domaine du sport, font bouger les lignes.
On constate aujourd’hui que le modèle industriel capitaliste atteint ses limites de viabilité pour les humains. Des solutions peuvent peut-être émerger de la part d’individus qui viennent fluidifier les limites d’un modèle hégémonique trop centré sur ces propres intérêts. Les corps transgenres et non-binaires représentent pour moi une manière de comprendre le monde du point de vue de la multiplicité et d’un décentrage plus respectueux de la diversité des formes et des expressions du vivant. C’est la raison pour laquelle je veux rendre hommage aux athlètes transgenres et non-binaires en les mettant en scène dans quelques-uns des grands récits qui ont construits nos imaginaires occidentaux. Je leur offre le rôle de héros qui ont fait l’expérience de la traversée d’espaces intermédiaires, comme autant d’épreuves conçues par notre héritage culturel pour devenir nos dignes représentant idéaux.

Maryline Terrier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s